Toutes les œuvres sur ce site appartiennent exclusivement à l'auteur (sauf mention contraire) . Au vu des articles L111-1 et L112-2 du code de la propriété intellectuelle, toute reproduction, diffusion publique, usage commercial seront par conséquent interdits sans autorisation du titulaire des droits. © Le Blog de Cata

vendredi 21 septembre 2018

Beurek arménien

Je réédite cette délicieuse recette car aujourd'hui c'est jour de fête nationale en Arménie.
On fête l'indépendance de l'URSS obtenue le 21 septembre 1991.
 L’Arménie, est un pays sans accès à la mer situé dans le Petit Caucase. Bien que parfois géographiquement située en Asie, l'Arménie est considérée comme faisant culturellement, historiquement et politiquement parlant, partie de l'Europe. 
Dotée d'un riche héritage culturel, elle est une des plus anciennes civilisations au monde.

Voici un délicieux beurek arménien fourré aux 3 fromages et parfumé au persil.
Un börek, burek ou beurek est une variété de pâtisserie salée, originaire d'Asie centrale, qui s'est développée sous l'Empire romain ou dans l'Empire byzantin, dans les Balkans. Les Serbes, les Bulgares et les Grecs préparaient des böreks depuis le Moyen Âge. La venue des Turcs ottomans, nomades des steppes d'Asie centrale, qui adoptèrent la cuisine byzantine, les popularisèrent dans tout le bassin méditerranéen.
Les böreks sont fourrés avec du fromage, des épinards, de la viande hachée (viande de porc, parfois, pour les pays chrétiens) ou aux pommes de terre. Ils sont souvent à base de pâte phyllo (ou yufka), frits (sigara böreği en turc) ou cuits au four. On trouve aussi des variétés à l'eau (su böreği) ou en grec tiropita (au fromage), spanakopita (aux épinards) ou kreatopita (à la viande).
Cette fête nationale c'est l'occasion parfaite de m'associer à Sophie du très joli blog La tendresse en cuisine et de « Cuisiner pour la paix » .
Sophie nous propose de l’accompagner, pour saluer et honorer les
habitants d’un pays le jour de sa fête nationale.


Ingrédients :
8 feuilles de pâte filo /philo
300 g de fromage cottage(ou ricotta)
100 g d’emmental râpé
120 g de féta
persil haché
poivre du moulin à volonté
1 œuf
5 cl de lait
50 g de beurre



Préparation:

mercredi 19 septembre 2018

Soupe froide de tomates et pain - Salmorejo (Andalousie)

Comme j'ai eu de la chance d'avoir  des superbes tomates du jardin de ma belle maman, j'ai pensé de suite de faire une soupe de tomates.
En cherchant des idées sur le net, je suis tombée sur une recette andalouse qui m'a conquis de suite, une soupe froide 'Salmorejo'.

Le salmorejo est une préparation culinaire traditionnelle espagnole, originaire de la région de Cordoue en Andalousie. Il s’agit d’une crème élaborée à partir de mie de pain, à laquelle on ajoute de l’ail, de l’huile d’olive, du vinaigre (optionnel), du sel et de la tomate.
Sa consistance finale est proche de celle d’une purée ou d’une sauce épaisse. Il est servi froid, généralement avec une garniture sur la surface, telle que des copeaux de jambon cru (jambon serrano), des croûtons ou des miettes d’œuf dur.
Du fait de sa consistance, il est parfois servi en tant que sauce d’accompagnement, le plus souvent avec des aliments frits. L’ingrédient principal du salmorejo est le pain, plus précisément, la mie. Le pain est trempé dans de l’eau salée et dans du vinaigre (optionnel). L’emploi d’ail ajoute plus de saveur et d’arôme. L’huile utilisée est toujours de l’huile d’olive. La tomate tient une place importante dans son élaboration, et joue le rôle de colorant naturel. Dans certaines préparations plus modernes, on utilise de la tomate séchée, afin de donner un goût particulier.
Le vinaigre employé pour effectuer la saumure peut être de Jerez, de Montilla ; en règle générale, on emploie les vinaigres régionaux. Certains cuisiniers préfèrent cependant ne pas en ajouter. Le vinaigre peut également être remplacé par du vin blanc. Il n’existe pas aujourd’hui d’indications précises sur les quantités et proportions des ingrédients, de nombreuses variantes sont donc possibles.(source: wikipedia)

C'est la saison des tomates, alors je propose cette recette à ma chère Claudine du superbe  blog Cuisine de Gut.pour le défi de septembre  Cuisinons de saison
CUISINONS DE SAISON en fin logo
Ingrédients : pour 4 personnes
5 tomates bien mûres - 900 g
120 g de pain de la veille (baguette)
4 cuillères à soupe d'huile d'olive + un trait pour la fin
2-3 cuillères à soupe de vinaigre balsamique de Madère  (idéalement du vinaigre de Xérès)
2 gousses d'ail dégermées et grossièrement hachées
gros sel, poivre fraîchement moulu
piment d’Espelette
Pour servir : 2 œufs durs coupé en petits cubes, 50-70g de jambon Serrano coupé en fines lamelles (2-3 tranches)

Préparation : 15 minutes

lundi 17 septembre 2018

Merzapani ou macaron Corses au café

Il vous en reste des blancs d'œufs et vous ne savez pas quoi en faire ? ? Voici la recette PARFAITE !
Après la variante nature dénichée sur la blog de notre Nonna- L'ALCHIMIE DES METS je vous propose une variante au café.
C'est super bon et un peu de café ça donne du peps pour la rentrée :) Il faut penser aux parents aussi !
Je propose cette recette au défi culinaire Compile moi un menu organisé par :
Nath « Une cuisine pour Voozenoo », Gabrielle « Petite cuillère et charentaise« et Chantal « La cuisine de Blanche«.

La marraine de cette édition est ma chère Delphine du superbe blog  Oh! la gourmande … et le thème choisi par notre jolie et gentille maîtresse est : J’peux pas !! … J’ai l’goûter !

Ingrédients:
125 poudre d'amandes (ou amandes broyées avec leur peau )
125 g de sucre
1 sachet de sucre vanillé
sucre glace
amandes effilées
2 sachets de café soluble (type nescafé )
3 blancs d’œufs

Préparation:

samedi 15 septembre 2018

Gallo Pinto - Riz au haricots noirs (Costa Rica)

Je réédite cette recette que j'ai beaucoup apprécié car aujourd'hui c'est jour de fête nationale en Costa Rica.
Célébrant l’indépendance du pays, datant de 1821, la fête nationale du 15 septembre est sacrée pour tous les Costariciens. Elle commence la veille, le 14 septembre, avec le traditionnel défilé des flambeaux.
Les festivités populaires ont lieu le 15 septembre, tout au long de la journée. Les gens qui y assistent ont souvent cette expression pour les décrire : le défilé d’une armée d’enfants. En effet, les manifestations sont organisées par le corps enseignant, et tous les enfants en âge de défiler sont habillés en costume traditionnel, et traversent les rues en compagnie des fanfares, des groupes folkloriques, et des badauds.
Les cérémonies varient selon les villes, et leur importance. Mais c’est l’occasion pour tous les Costariciens de célébrer leur pays. Durant ces manifestations, l’hymne national retentit, et la plupart des radios le diffusent afin que les absents puissent ressentir la ferveur des gens qui y participent. Les pétards, les feux de bengale, les torches et les drapeaux du Costa Rica sont omniprésents. Fanfares, majorettes, charrettes à boeufs typiques, groupes folkloriques et artistes des rues se côtoient dans un joyeux désordre. Des repas géants sont également de la partie, et les villes, décorées aux couleurs du drapeau, sont envahies par leurs habitants, mais également par de très nombreux touristes, puisque c’est la fête la plus populaire à l’étranger.

Ce plat est considéré comme le plat national en Costa Rica. Je l'ai trouvé sur le site http://www.costa-rica.fr avec plein d'informations intéressantes que j'ai eu envie de  partager avec vous.
Les variantes sont très nombreuses selon les régions, mais aussi selon les familles. 
Un peu comme les pâtes en Italie, les recettes se transmettent de mère en fille, et le plat peut donc avoir des saveurs variées selon l’assaisonnement.

Une expression très répandue au Costa Rica pour désigner un habitant typique est « más tico que el gallo pinto », « plus authentique que le gallo pinto », « tico » étant le diminutif du mot Espagnol auténtico. Les Costariciens s’appellent d’ailleurs entre eux les « ticos ».
Ce qui surprend les étrangers, surtout ceux parlant Espagnol, c’est la présence du mot « coq » dans une recette avec du riz et des haricots qui n’utilise pas de viande à proprement parler.
Il se trouve que le nom du plat n’est pas dû à ses ingrédients mais à son aspect. La cuisson du riz et des haricots noirs ensemble donne au riz un aspect coloré, mais pas homogène. Des taches rougeâtres apparaissent ainsi un peu partout, ce qui rappelle l’aspect du ventre d’un coq, d’où le nom donné au plat « coq tacheté », gallo pinto en espagnol. Cette explication ne fait pas l’unanimité, en raison des disputes internationales pour revendiquer l’invention de cette recette, mais également de ses origines mal connues.
Ainsi, une polémique impossible à résoudre oppose le Nicaragua (qui l’écrit en un seul mot) et le Costa Rica (qui l’orthographie en deux mots) pour savoir qui a inventé ce plat. Au passage, les habitudes sont différentes, puisque le Nicaragua utilise des haricots rouges, tandis que le Costa Rica ne jure que par les haricots noirs.
Certains affirment que le plat a été inventé (par nécessité) par les esclaves venus d’Afrique, et importés sur la côte des Caraïbes. Faute de moyens, ils aurait eu l’idée de mélanger les deux seuls ingrédients dont ils disposaient en quantité en un plat unique. Ce qui expliquerait la présence du gallo pinto au Nicaragua et au Costa Rica, mais il faut savoir qu’on en trouve des dizaines de variantes, plus ou moins proches de l’original, dans la plupart des pays d’Amérique Latine (Colombie, Cuba, El Salvador, Guatemala, Honduras, Jamaïque, Mexique, Panama, Pérou, Puerto Rico et en République Dominicaine). C’est la thèse défendue par le Nicaragua.
D’autres prétendent que le nom viendrait d’un riche villageois, Don Bernabé, ayant organisé un banquet dans les années 30, dans les faubourgs de San Sebastián (au sud de San José). Il aurait pour l’occasion tué son coq tacheté, et l’aurait inscrit au menu. Mais en raison d’un trop grand nombre d’invités, et donc du manque de nourriture, il aurait concocté une recette avec des ingrédients qu’il avait sous la main, à savoir du riz et des haricots, pour compléter son plat. Cette version est historiquement douteuse, puisque le gallo pinto est beaucoup plus ancien (on en trouve les premières descriptions dès le 18ème siècle). C’est pourtant la thèse défendue par le Costa Rica.

Une autre origine probable serait la tradition du casado (littéralement le mari). On avait l’habitude de récupérer les restes de riz de la cérémonie de mariage de la veille, et de les recuire en y ajoutant des haricots afin de masquer leur manque de fraîcheur. Servi au petit déjeuner, le lendemain, dès le réveil, ce plat rappelant les couleurs du coq aurait pris son nom puisque c’est avec lui qu’on réveillait les convives. Le gallo pinto remplaçait donc le chant du coq. Cette explication, elle aussi discutée, trouve tout de même quelques justifications. Ainsi au Salvador et au Honduras, le plat porte le nom de casamiento (signifiant mariage), et au Guatemala, il est appelé casados (les mariés). Aujourd’hui encore, au Costa Rica, il est souvent appelé casado, preuve que la tradition est bien réelle. C’est très probablement la véritable origine du plat, d’autant que cette version permet d’expliquer la très large diffusion de la recette. Cependant, personne ne veut l’admettre, puisqu’elle ne permet pas de définir avec certitude le pays qui l’a inventée en premier.
Mais quelle que soit l’origine réelle de ce plat traditionnel, que l’on ne connaîtra sans doute jamais avec certitude, il reste une recette incontournable dans de nombreux pays. A tel point qu’il est devenu le plat national du Costa Rica et du Nicaragua.


Cette fête nationale c'est l'occasion parfaite de m'associer à Sophie du très joli blog La tendresse en cuisine et de « Cuisiner pour la paix » .

Sophie nous propose de l’accompagner, pour saluer et honorer les
habitants d’un pays le jour de sa fête nationale.

Ingrédients:
200 g de haricots noirs bio
200 g de riz
1 cube de bouillon de volaille (optionnel)
2 oignons
2 poivrons
1 bouquet de coriandre ou persil
4 cuillères à soupe de sauce lizano (ou à défaut, de sauce Worcestershire)
3 cuillères à soupe d’huile d’olive
sel, poivre

Préparation:

vendredi 14 septembre 2018

Sucettes/croquettes apéritif à la viande et au parmesan

Je ne sais pas si on peut l'appeler 'sucette" car on va croquer dedans mais elle ressemble bien d'après sa forme.



J'ai toujours voulu faire ces boules de viande avec du fromage dégoulinant dedans hi hi

Je pense que la mozzarella marche mieux et j'ai souvent vu avec, moi j'ai mis du parmesan et je ne regrette pas, j'ai eu l'effet désiré et le gout avec.


C'est ma recette des boulettes habituelle, j'ai mis uniquement de tomates séchées en plus.
 
Ingrédients : 11- 12 sucettes
Pour les boulettes:
175 g de viande hachée (mélange porc+veau de chez mon boucher)
1 œuf
1 échalote finement émincée
2 tranches de pain de mie
2 quartiers de tomates séchées émincés
30 g de copeaux de parmesan
sel, poivre
2 c à s de chapelure

Pour la panure:
1 bonne cuillère de farine
2 c à s de chapelure
1 c à c de"épices mélange yassa
sel, poivre

l'huile de friture

Préparation:


Faites tremper le pain dans l'eau, pressez et essorez-le bien. 

Dans un bol, mélangez tous les ingrédients des boulettes.

Assaisonnez et bien malaxez le tout.

Formez les boulettes en y insérant des copeaux de parmesan.

J'ai mis les boulettes 20 minutes au froid avant de les passer dans la panure.


Mélangez les ingrédients de la panure dans une assiette plate.

Sortez les boulettes et bien les rouler dans la panure.

Faites frire les boulettes dans l'huile chaude sur feu moyen .

Lorsque les boulettes sont dorées retirez les sur une feuille de papier absorbant.
Quand elles ont une belle couleur dorée, c’est prêt.
Servez-les chaudes sur des piques et avec la sauce de votre choix.
Je participe avec cette recette au défi Battle Food #64 initié par Carole de "Sunrise Over Sea".
La marraine de cette édition est ma chère Laurence du très joli blog « Plaisir et Equilibre » .
Le principe de la Battle Food ?
Tous les participants publient leur recette à une date fixée au préalable.
Il n’y a rien à gagner, le but étant tout simplement de partage.
Le thème de ce Battle Food est :  
            « Les sucettes » !
La marraine de l'édition précédente était Catalina du blog « Le blog de Cata » 😍
Vous pouvez trouver la liste des participants à la fin de l'article.
Tu vois Laurence, quand c'est moi qui cuisine je suis bec salé hi hi mais quand c'est toi je craque devant tes desserts.
Merci pour ce joli thème, j’espère que je ne suis pas passée a côté.
 Bon appétit!

imprimez print

Liste participants Battle Food #64 :

Laurence de Plaisir et Equilibre – Catalina de Le blog de Cata – Lova de Graine de faim kely – Soraya de Cuisinesoraya.com – Christelle de La cuisine de Poupoule – Bénédicte de Douceurs Maison – Sophie de La tendresse en Cuisine – Jacqueline de Le jardin de Jacqueline – Samar de Mes inspirations culinaires – Alaro de http://alaro.over-blog.com/ – Marie de Cooking 4 You – Michèle de Croquant Fondant Gourmand – Nat et Dan de Free the Pickle – Nathalie Labelle de Itinéraires Gourmands – Christine de Pause nature – Delphine de Oh la gourmande – Fabienne de Famoh – So-CuiZine de So-CuiZine – Carole de Ramène La Popotte – Les recettes de la débrouille – Valérie de 1, 2, 3… Dégustez ! –

Localisation des Recettes

Recettes du Monde

Afghanistan (2) Afrique du Sud (4) Albanie (4) Algérie (9) Allemagne (28) Alsace (7) Angola (1) Antilles (3) Aquitaine (2) Arabie Saoudite (2) Argentine (7) Arménie (3) Australie (5) Autriche (11) Auvergne (1) Azerbaïdjan (1) Bahreïn (1) Bangladesh (2) Belgique (13) Belize (1) Bénin (1) Bhoutan (1) Biélorussie (3) Birmanie (1) Bolivie (2) Bosnie-Herzégovine (6) Botswana (2) Bourgogne (4) Brésil (5) Bretagne (4) Brunei (1) Bulgarie (6) Burkina Faso (1) Burundi (1) Cambodge (2) Cameroun (3) Canada (5) Cap Vert (1) Centrafrique (2) Centre (2) Champagne-Ardenne (2) Chili (3) Chine (23) Chypre (2) Colombie (4) Congo (1) Corée (8) Corse (5) Costa Rica (2) Côte d'Ivoire (1) Croatie (5) Cuba (3) Danemark (4) Egypte (3) Emirats arabes unis (1) Équateur (2) Érythrée (1) Espagne (9) Estonie (3) Etats-Unis (28) Ethiopie (1) Finlande (7) France (113) Franche-Comté (5) Gabon (1) Géorgie (3) Ghana (2) Grand Est (1) Grèce (9) Guatemala (1) Guinée (1) Guinée équatoriale (1) Guyane (1) Hawaï (1) Honduras (2) Hongrie (7) île de France (5) Île Maurice (2) îles Marshall (1) Inde (11) Indonésie (3) Irak (2) Iran (4) Irlande (2) Islande (4) Israel (5) Italie (47) Japon (4) Jordanie (1) Kazakhstan (2) Kenya (2) Kirghizistan (2) Koweït (2) Languedoc-Roussillon (1) Laos (1) les îles Cook (1) Lesotho (1) Lettonie (2) Liban (5) Liberia (1) Libye (2) Limousin (3) Lituanie (3) Lorraine (6) Luxembourg (4) Lyon (1) Macédoine (4) Madagascar (2) Maghreb (1) Malaisie (2) Malawi (2) Mali (1) Malte (3) Maroc (10) Mauritanie (1) Mexique (9) Midi-Pyrénées (3) Moldavie (6) Mongolie (2) Monténégro (2) Mozambique (3) Namibie (2) Nauru (2) Népal (1) Nigéria (5) Nord-Pas-de-Calais (5) Normandie (5) Norvège (4) Nouvelle-Zélande (3) Oman (1) Ouganda (2) Ouzbékistan (3) Pakistan (4) Palaos (1) Palestine (1) Panama (5) Paraguay (2) Pays de la Loire (9) Pays-Bas (4) Pérou (4) Philippines (1) Picardie (2) Poitou Charentes (2) Pologne (11) Portugal (6) Provence (3) Qatar (1) Quebec (2) République dominicaine (2) République Tchèque (4) Réunion (5) Rhône Alpes (1) Roumanie (80) Royaume-Uni (10) Russie (15) Rwanda (2) Salvador (1) Sao Tomé-et-Principe (1) Sénégal (3) Serbie (7) Sierra-Leone (1) Singapour (2) Slovaquie (3) Slovénie (4) Somalie (1) Soudan (1) Sri Lanka (1) Suède (8) Suisse (6) Suriname (1) Swaziland (1) Syrie (3) Tadjikistan (2) Tahiti (1) Taiwan (2) Tanzanie (3) Tchad (1) Thaïlande (9) Togo (1) Tunisie (8) Turkménistan (1) Turquie (9) Tuvalu (1) Ukraine (4) Uruguay (3) Venezuela (3) Vietnam (4) Yémen (1) Zambie (1) Zimbabwe (3)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

The moneytizer

The moneytizer

The moneytizer

The moneytizer